Paul Verlaine maison natale à Metz, musée à Juniville






Paul Verlaine est né en un appartement Rue Haute Pierre à Metz

L'association Les Amis de Verlaine a pu l'acheter en 2011

grâce aux dons de privés, d'entreprises, aux bénévoles, mécènes, département et ville


Musée exposition sur le poète - fonds documentaire - visites guidées
 
Un autre musée a été réalisé dans une auberge que Verlaine fréquentait






La maison natale à Metz

La maison natale de Paul Verlaine a été consacrée en grande pompe le 30 mars 1919 par la pose d’une plaque commémorative pour le 75éme anniversaire de sa naissance, au lendemain de l’armistice de la guerre de 1914-1918. Elle est située 2 rue Haute-Pierre qui était devenue Hoch Stein Strasse après 1870, au centre-ville de Metz, presque en face du palais de Justice.

Mais ce n'est qu'en 2011 que l'appartement des Verlaine mis en vente pour usage de locaux commerciaux, a été racheté et réhabilité. Il est devenu un musée qui fait partie de la Fédération des Maisons d'écrivains et des patrimoines littéraires. Paul Marie Verlaine y est né le 30 mars 1844 et a vécu dans cet appartement de 140 m² pendant 34 mois.

L’acquisition de l’appartement par l’Association des Amis de Verlaine le 15 décembre 2011 a été rendue possible grâce au soutien d’un généreux mécène, Gérard Lhéritier, de la Fondation des pays de France du Crédit Agricole, du Conseil général de la Moselle, de la ville de Metz et de dons privés. Le dévouement et la conviction de personnes bénévoles ont permis d'entreprendre et réaliser les travaux de restauration du lieu.

Façade plein ouest, le soleil couchant inonde les pièces de lumière et de reflets chatoyants. Le visiteur embarque dans l’âme verlainienne toute de sensibilité. L’espace se compose de quatre pièces d’exposition et d’un accueil librairie. Chaque pièce est dédiée au souvenir du poète : les origines lorraines, l’enfance à Metz, les événements qui consacrent le poète tant à Metz qu’à Paris, sa jeunesse sous le second empire, la rencontre avec Arthur Rimbaud, l’œuvre de maturité, l’éclosion de sa renommée et la gloire posthume.

Cette réalisation représente comme un retour aux sources du « poète maudit » dans sa ville natale qui écrivait :
"Naître, vivre et mourir (le plus tard possible) dans la même maison ! Bonheur que tous n’auront pas, bien qu’on ne puisse répondre de rien, encore qu’il me semblerait fou que je dusse mourir, après, c’est vrai, y avoir vécu, peu, mais vécu, dans la maison n°2 de cette rue Haute-Pierre, probablement Hoch Stein Strasse aujourd’hui qui fut témoin de mon entrée dans ce monde " Paul Verlaine, extrait de Confessions, 1895

L’association Les Amis de Verlaine possède un fond documentaire très riche constitué de gravures de presse, journaux anciens, dessins, articles, livres originaux, fac-similés, affiches, objets anciens… La visite commentée est agrémentée de lecture poétique et d’écoute musicale qui rendent vivante l’évocation du poète.



Dans la maison natale à Metz l'appartement du 1er étage était en vente en 2011, sur le panneau "à vendre 140m2 pour bureaux ou professionnel" – acquisition par les Amis de Verlaine.



  


Musée Paul Verlaine à Juniville (Ardennes)
Comme la maison natale de Metz il est dans le réseau des Maisons d'Ecrivains

Verlaine a beaucoup voyagé mais peu d'endroits qu'il a fréquentés sont encore visibles. Parmi ceux-ci subsiste l'Auberge du Lion d'Or, située en face de la ferme que louait Paul Verlaine, qui est devenue un "Musée Verlaine". Dans ces vastes locaux qui étaient "loge à pied et à cheval", le temps a été suspendu, avec son mobilier de l'époque.

Il y a ici plus qu'une simple évocation du poète, grâce à une collection iconographique inédite et une visite commentée de qualité, c'est une vision complète de l'oeuvre écrite, en prose, en vers ou sa correspondance qui est présentée. Ambiance d'époque avec le café et le jardin ancien, ainsi qu'expositions temporaires qui complètent l'intérêt de ce musée.





informations extraites du site officiel musee-verlaine.fr

"Je me suis un peu étendu sans doute sur Juniville, mais j'y ai longtemps vécu, y laissant des bribes de ma destinée, et j'éprouve un mélancolique plaisir à en parler trop."