Pierre Ronsard







Pierre Ronsard est né à Couture sur Loir (Loir-et-Cher)

La "Demeure de Ronsard" est le Prieuré de Saint-Cosme à La Riche (37)

Il appartient au Département qui le gère


vie et oeuvre du poète à travers un parcours interactif original


 




Demeure de Ronsard, Prieuré Saint-Cosme à La Riche (37)

Le prieuré Saint-Cosme était, pour les chanoines du XIIe siècle, “un paradis sur terre permettant d’atteindre plus facilement le vrai paradis”. Suite aux destructions des huguenots, Ronsard, prieur commendataire de 1565 à 1585, fortifie le prieuré. Le logis du prieur est restauré et un logis du sous-prieur voit le jour avec les prieurs successeurs du poète.

Avec l'appui de l'Association des amis de Ronsard et du prieuré créée en 1948 et de la Sauvegarde de l'Art français, le Département d'Indre-et-Loire devient propriétaire et assure depuis 1951 la conservation et l'animation du prieuré.

La longue histoire de ce monastère a été révélée par de grandes fouilles archéologiques. Son architecture aussi emblématique que variée transporte à travers les siècles et dans l’imaginaire de Ronsard, plongeant au cœur de son oeuvre à travers un parcours original et interactif. Le logis du prieur raconte la vie de Pierre de Ronsard et fait découvrir toute la richesse de son oeuvre.

L’histoire se poursuit dans les jardins de roses qui révèlent les faces cachées de Ronsard, amoureux de la botanique, du jardinage et des fleurs, ils ont fait en 2009 et 2010 l'objet d'une campagne de fouilles archéologiques sans précédent. Entièrement réaménagés et agrandis en 2014, ils s’ouvrent à nouveau au public forts d’une esthétique contemporaine au service de la mise en valeur des bâtiments historiques et des vestiges restaurés. Une plus grande variété de végétaux, pour la plupart anciens, dominée par la rose, offre un parcours botanique plus riche et plus complet. De nouvelles circulations et des ambiances plus différenciées proposent de nouveaux points de vue sur le prieuré.

Les livres pauvres ce sont de petits manuscrits de poète faisant écho à l’intervention plastique d’un peintre ami. Initiée en 2001 par Daniel Leuwers, poète, critique littéraire et professeur de lettres modernes à l’université de Tours, cette collection est née de sa rencontre avec le poète René Char qui, avec ses « alliés substantiels », les peintres Vieira Da Silva, Picasso ou Braque, réalisait ces livres de dialogue. Créés dans un nombre réduit d’exemplaires originaux, quatre à six généralement – deux à quatre pour les artistes, un pour Daniel Leuwers et un pour la demeure de Ronsard –, ces livres sont tous uniques.

Présentés pour la première fois en 2003 dans le logis où vécut Ronsard, les livres pauvres se sont enrichis de la confrontation, du métissage et des échanges entre des artistes d’horizons divers. Du côté des écrivains, les plus affirmés – Fernando Arrabal, Michel Butor, Yves Bonnefoy, Andrée Chedid, François Cheng, Bernard Noël, Salah Stétié – tendent la main à la génération des Bernard Chambaz, Annie Ernaux, Guy Goffette, Nancy Huston, Henri Meschonnic, André Velter, parmi tant d’autres. Quant aux peintres, ils ont pour noms Pierre Alechinsky, Georges Badin, Béatrice Casadesus, Erró, Philippe Hélénon, Joël Leick, Michel Nedjar, Jean-Luc Parant, Patrice Pouperon, Claude Viallat, André Villers, Yuki…

Les deux mille volumes que compte cette collection font, depuis mars 2008, l’objet d’un dépôt à la demeure de Ronsard au sein de la nouvelle bibliothèque poétique. Certains sont présentés au public selon un choix thématique renouvelé tous les quatre mois.