François René de Chateaubriand en deux domaines







Domaine de la Vallée-aux-Loups acquis par Chateaubriand en 1817

propriété du département Hauts de Seine, gérée par celui-ci

Mobilier d'époque et documents sur Chateaubriand

Château de Combourg de la jeunesse

 






Le Domaine de Châtenay-Malabry
La maison fut construite à la fin du xviiie siècle par un riche brasseur, André-Arnoult Acloque. Le 22 août 1807, Chateaubriand fit l'acquisition du domaine de la Vallée-aux-Loups dans le hameau d'Aulnay, au prix de 20 000 francs, probablement grâce à un prêt de la comtesse de Choiseul-Beaupré.

Chateaubriand fut propriétaire de cette maison et du parc de 1807 à 1817. La maison est meublée et décorée dans le goût du début du XIXe siècle et évoque la vie et la carrière littéraire et politique de l’auteur des Mémoires d’outre-tombe. Le parc de 14 ha planté par l’écrivain est un miroir de ses voyages.

La Maison de Chateaubriand est une structure originale où se conjuguent, depuis son ouverture au public en 1987, mémoire et création : outre les visites guidées, on peut y découvrir expositions temporaires, conférences, rencontres-débats, spectacles, concerts dans le Grand salon et dans le parc, etc.
La Maison de Chateaubriand est dotée d'un centre de recherche ouvert à tous sur rendez-vous.

Située à quelques kilomètres de Paris, la Vallée-aux-Loups offre à Chateaubriand en 1807 une demeure à l’écart de la scène politique qu’il quitte pour un temps après avoir publié dans le Mercure de France un article fustigeant le despotisme de Napoléon qui lui vaut la sanction de s’éloigner de la capitale. En novembre 1807, l’auteur s’installe avec son épouse Céleste dans ce qui n’est alors qu’une maison de jardinier, à laquelle il donnera une empreinte toute personnelle qui en fait aujourd’hui une maison d’écrivain singulière, fortement marquée de la présence de l’auteur.



dddddd

dddddd



LeChâteau de Combourg
A mi-chemin de Rennes et de Saint-Malo, le château de Combourg datait du 13ème siècle, il avait appartenu aux Du Guesclin. Il fut acheté en 1761 par René-Auguste de Chateaubriand, de Saint-Malo, qui avait fait fortune aux îles avec le transport d'esclaves. Dernier de ses 10 enfants, François-René né en 1768 le découvrit à l'âge de 9 ans pour des séjours de vacances, puis en résidence complète de 15 à 17 ans, il projetait alors une carrière militaire puis religieuse qui avorteront.

L'austérité du père allait de pair avec celle des bâtiments et des aménagements intérieurs sinistres et délabrés. A sa mort en 1786, les lieux appartinrent à son fils aîné qui fut guillotiné, le château pillé et délaissé. Sa réhabilitation par un petit fils en 1867 remodela entièrement la structure intérieure. Le château actuel n'a donc plus rien à voir avec celui dans lequel le jeune François-René errait en se désolant "partout silence, obscurité, visage de pierre".

L'écrivain marqué par ce château emblématique des Mémoires d'Outre Tombe, a façonné ici les prémisses du romantisme. C'est donc plus l'esprit de cette époque que l'on vient évoquer en visitant le château ouvert aux visites. On a cependant rapatrié depuis son domicile parisien des meubles et objets qui matérialisent une présnce de l'écrivain.

dddddd

dddddd